Pour faire face à la crise du CPAS de Schaerbeek, le PTB exige des moyens extraordinaires et un débat public sur les responsabilités

Le scandale des retards de paiement au CPAS de Schaerbeek cache des dysfonctionnements structurels qui ont un impact dramatique sur la vie des usagers qui sont déjà dans des situations sociales difficiles et sur les travailleurs.

Des centaines de personnes n’ont toujours pas reçu leur paiement depuis parfois plusieurs mois. Le manque de personnel est criant, les burnouts sont nombreux et l’absentéisme touche près de 25 % des assistants sociaux du service social.

Face à cette situation, la présidente du CPAS, Sophie Querton (Liste du Bourgmestre) a d’abord caché la situation, notamment aux autres conseillers de l’action sociale de Schaerbeek. Elle a ensuite minimisé et chargé les assistants sociaux « qui ne sont pas outillés » pour faire ce métier (sic). Il s’avère maintenant qu’elle a menti sur les chiffres du nombre de personnes impactées par les retards de paiement (on passe en quelques jours de 60 à 1000 ...).

Pour le PTB, il y a une rupture de confiance avec la présidente du CPAS. Si aujourd’hui, tous les moyens doivent être mis pour résoudre la crise, l’examen de la responsabilité des organes de direction du CPAS et de sa présidente se pose aussi.

Pour rappel, les conséquences pour les citoyens bénéficiaires du CPAS sont graves. Des personnes risquent de se retrouver à la rue faute de paiement de leur loyer. Des factures restent impayées. Le rôle d'un CPAS est pourtant de sortir les gens de la misère, pas de les enfoncer ni de culpabiliser des travailleurs surmenés.

Le PTB demande à ce que les droits des citoyens bénéficiaires de Schaerbeek soient respectés. Cela fait des années que le PTB intervient au Conseil communal de Schaerbeek pour dénoncer la charge de travail des assistants sociaux. La majorité communale (Liste du Bourgmestre – Ecolo) a toujours refusé de faire face à l’urgence. Aujourd’hui, la situation devient intenable. Des moyens extraordinaires doivent être dégagés de toute urgence pour que les travailleurs sociaux, mais aussi les services administratifs, soient suffisamment nombreux et puissent faire leur travail dans de bonnes conditions.

Le PTB exige la transparence sur la situation, au sein du Conseil de l’action sociale mais aussi à l’égard du Conseil communal de Schaerbek. Le malaise est général. Le personnel du CPAS souffre, les usagers aussi. Le personnel du home du CPAS, la Cerisaie, souffre, les résidents aussi. Les problèmes constatés sont gravissimes. Il faut de toute urgence un débat public sur les responsabilités au CPAS.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Envie d’agir avec le PTB ?