Le PTB schaerbeekois est inquiet : les subsides accordés aux associations vont diminuer en 2021

Le PTB schaerbeekois est inquiet : les subsides communaux accordés à une série d’associations actives sur la commune ont drastiquement diminué pour l’année 2021.

La commune leur demande de vivre et d’épuiser leurs réserves financières. Problème : il s’agit de services essentiels pour les jeunes et moins jeunes de notre commune. Soit, les premières victimes de la crise sanitaire et psycho-sociale que nous connaissons.
29 % des jeunes de 15-24 ans sont au chômage à Schaerbeek. La crise du coronavirus a renforcé le manque de perspectives d’emplois.
Et que constate-t-on à la lecture du budget 2021 de la commune de Schaerbeek ? Les subsides à la Mission Locale pour l’emploi et à l’Agence locale pour l’emploi sont quasi supprimés.
Le tableau en images montre bien l'étendue des coupes.
Autres exemples : des associations importantes comme l’asbl Bambins Fûtés, spécialisée dans l’aide aux apprentissages scolaires pour les enfants en difficulté, ne reçoit plus de subsides en 2021. L’asbl Bale, responsable de projet de bienveillance et de lutte contre le harcèlement à l’école, voit aussi ces subsides fortement diminuer.
La jeunesse souffre en premier des conséquences du manque de contacts sociaux, de l’interdiction de se rassembler, de la solitude, des difficultés à effectuer le travail scolaire, … En coupant dans tous les budgets permettant de leur apporter du soutien, on leur occasionne une double peine. Pour le PTB, c’est tout l’inverse qu’il faudrait faire : investir, particulièrement en ce temps de crise dans le soutien scolaire, l’aide psycho-sociale et l’aide à l’emploi à l’égard des jeunes.
Le PTB est aussi inquiet pour les seniors. La subvention à l'asbl A vos côtés passe de 162 000 euros à 110 000 euros. Soit une amputation de 52 000 euros pour cette association spécialisée dans les services aux seniors (aide à l’autonomie, repas à domicile, aide ménagère…).
Il est plus que temps qu'on aille trouver des moyens chez ceux qui profitent de la crise. Plutôt que de détruire la solidarité que nous avons construite. Et qui aujourd'hui, est plus que nécessaire.