Honteux ! La crise de coronavirus à peine terminée, le home du CPAS de Schaerbeek se débarrassent de 10 infirmiers et aides-soignants

A nouveau, un drame social se joue à la Cerisaie, la maison de repose du CPAS de Schaerbeek. La direction a décidé de procéder au licenciement de 10 travailleuses et travailleurs. 2 ont déjà été licenciés. 8 autres doivent passer devant le Bureau Permanent du CPAS le 8 juillet prochain pour une audition disciplinaire. Mais la convocation est claire : c’est bien leur licenciement qui est envisagé, soit la sanction la plus lourde. 

 

“Le licenciement de 10 infirmiers et aide-soignantes seraient un petit séisme pour notre maison de repos, surtout après la crise du coronavirus que nous avons connue”, explique Axel Bernard, chef de file du PTB Schaerbeek. Le malaise est tel que la présidente du CPAS de Schaerbeek, Sophie Querton, a exigé hier au Conseil de l’action sociale du CPAS que les conseillers ne parlent que d’une seule voix s’ils étaient contactés par la presse : celle d’une fiche qu’elle allait leur distribuer.   

Le PTB a pu consulter une partie des griefs reprochés aux travailleurs : ils sont divers mais dans beaucoup de cas fort légers. “Dans les dossiers que nous avons pu consulter, il serait totalement disproportionné de prononcer un licenciement. Surtout quand on voit l’ancienneté des personnes concernées”, constate Axel Bernard.

Il s’agit en réalité d’une véritable cabale qui a été organisée sur base d’une liste noire de “personnes jugées réticentes au changement de management impulsée par la direction et les ressources humaines. C’est d’ailleurs comme cela que l’affaire a été officiellement présentée aux conseillers du CPAS.

Des faits, souvent légers, ont été compilés entre fin 2019 et début 2020. L’intention était de les licencier en mars. Mais la crise du coronavirus a empêché de réaliser ce plan. “C’est donc juste après la pire crise sanitaire que la direction du CPAS et du home a décidé de mettre à la porte ces dix travailleurs. Pour rappel, si la Cerisaie a été peu touchée par le coronavirus, c’est en premier lieu grâce à l’engagement de son personnel. Le timing est donc particulièrement choquant. D’autant qu’une deuxième vague n’est pas exclue tout comme une canicule durant l’été. Est-ce que l’intérêt des résidents est vraiment au coeur de cette décision ?”,  s’interroge le conseiller communal du PTB. 

 

Est-on en train de faire payer à des infirmières et des aides-soignants des années de management catastrophique au sein du home du CPAS ?  “Pour le PTB, cela fait trop longtemps que les résidents et les travailleurs de la Cerisaie subissent la mauvaise gestion de la Cerisaie. Les plaintes se sont accumulées ces dernières années. Un changement doit être opéré, tout le monde en convient. Mais pas avec un management répressif et agressif qui fait payer aux travailleurs les erreurs de gestion du passé. L’attitude de la direction de la Cerisaie et du CPAS ne peut qu’abimer fortement la relation de soins aux résidents “, insiste Axel Bernard.

 

Le PTB attend que les membres du Bureau Permanent du CPAS refusent les licenciements et qu’un plan de redressement de la Cerisaie qui soit respectueux et des résidents et des travailleurs soit mis en place. 

Contact : 
Axel Bernard, conseiller communal à Schaerbeek, 0488 056 796

Christine Gehenot, conseillère CPAS, 0478 24 10 22


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Benjamin Devos
    a publié cette page dans Actualités 2020-07-08 09:11:54 +0200

Envie d’agir avec le PTB ?