Prêt à agir?

Dernières mises à jour

Le 7 mai 2002, le racisme tuait à Schaerbeek

Le 7 mai 2002, un voisin entre dans l’appartement d’une famille d’origine marocaine à Schaerbeek. Il tue les parents et blesse deux enfants. Il se donne ensuite la mort. Un crime horrible uniquement motivé par le racisme.

10 ans plus tard, j'ai eu l'occasion de faire l'interview de Kenza Isnasni pour le magazine Solidaire (voir ci-dessous). Celle-ci a survécu au meurtrier qui a tué ses parents. Dans son interview, elle revient longuement sur les circonstances qui ont précédé le drame. « On était pas loin du 11 septembre. En 2002, il y avait l’élection présidentielle française avec Le Pen, la montée de l’extrême-droite aux Pays-Bas, ... », rappelle-t-elle. Un contexte général d'islamophobie qui a amené ce voisin raciste à passer à l'acte.

Kenza Isnasni dénonçait : « Le climat s'est empiré. C’est devenu un argument de campagne, de parler en mal des musulmans. Et cela influe sur la conscience collective des citoyens. » Aujourd'hui, le discours polarisant la société, stigmatisant ses minorités, s'est encore renforcé et est même au coeur du gouvernement fédéral belge. Kenza Isnasni l'annonçait en 2012, « c’est un racisme institutionnalisé, qui s’organise. » C'est pourquoi commémorer le drame survenu à Schaerbeek il y a 16 ans maintenant est d'une actualité brûlante. Cela permet de nous rappeler les conséquences les plus dramatiques de la haine raciste et de la stratégie politique du « diviser pour mieux régner ».

Dans son interview, Kenza Isnasni insiste aussi sur un autre point : la famille s'était à de nombreuses reprises plainte du comportement agressif de ce voisin raciste. Ses parents ont essayé d'alerter les autorités. Celles-ci ne les ont pas écoutés. « On était face à de l’indifférence totale, générale », explique-t-elle. Aujourd'hui, son message m'interpelle encore. Je pense à tous ces jeunes qui sont victimes de discriminations, d'humiliations petites ou grandes motivées par le racisme, ... Je me dis que commémorer le drame survenu à Schaerbeek il y a 16 ans maintenant est aussi une manière de briser le mur d'indifférence que subissent les victimes du racisme.

Axel Bernard.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?