Abdelhakim-EL-KARAOUI

Abdelhakim-EL-KARAOUI

9e de liste, Abdelhakim, de la Russie au syndicat belge 

Hakim a découvert la Belgique en 1993. Avant cela, il a étudié dans le sud de la Russie, envoyé là-bas grâce à une bourse d’étude. « Ce fut une expérience incroyable. J’y ai appris la langue et me suis intégré à la population, malgré les difficultés », déclare-t-il.

De cet épisode, il en sort une force qui le guide encore aujourd’hui. Devenu délégué syndical en Belgique en 2016, il a participé à de nombreuses luttes au sein de son entreprises pour exiger plus de droits auprès de son employeur. « La force de mobilisation syndicale est exceptionnelle. Ensemble, on a le sentiment que l’on peut vraiment faire bouger les lignes ».

Depuis quelques années, les multiples mesures d’austérités décidées par le gouvernement fédéral l’ont poussé à descendre plus d’une fois dans la rue pour manifester. « J’y ai rencontré des militants du PTB, et au fur et à mesure des conversations, j’ai été persuadé que cette force politique est la seule qui offre une véritable alternative à gauche ».

Habitant le quartier de la rue Josaphat, Hakim s’engage auprès des populations immigrés sans-papier. « Ce sont des populations précarisés qui méritent plus de considération de notre part. Ils travaillent dur, paient leur loyer, et pourtant il vivent dans des conditions difficiles, habitent dans des logements insalubres, n’ont même pas de quoi se chauffer. Je suis sidéré de constater que les politiques ne les prennent pas en compte ».

Le sort réservé aux jeunes dans la commune lui tient aussi particulièrement à cœur. « Ils ont besoin d’accompagnement, de formation, d’un travail et d’un logement décent. Pour l’instant, notre société faillit à leur offrir tout cela ».

Pourquoi devenir candidat aux élections communales ? « Je veux porter une voix alternative, me faire l’écho de ceux qui ne sont pas entendus… »

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?